Konekti, un avant-goût d’habitat social connecté

Enième réalisation prototype lancée à l’initiative d’un bailleur ou d’un promoteur, les deux maisons du programme Konekti de Bezannes, en périphérie de Reims, ne poussent pas vraiment à fond l’exercice d’intégration mais recèlent un vrai potentiel d’évolutivité.

L’Entreprise Sociale pour l’Habitat (ESH) Plurial Novila (du groupe Action Logement, collecteur du 1% patronal) et la ville de Bezannes, près de Reims, ont inauguré en Novembre 2018, les Maisons Connectées, deux habitations individuelles qui serviront de modèle au programme Konekti.

Celui-ci, en cours de réalisation, comprend 5 autres maisons imaginées par autant d’architectes venus des 5 continents, et un immeuble résidentiel de 35 logements. L’ensemble du programme devrait bénéficier, en partie seulement, des développements et des choix d’équipements faits pour les deux démonstrateurs. Ce qui est présenté comme « un laboratoire d’innovation architecturale et technologique à ciel ouvert » a pour vocation de « repousser les limites de la construction pour proposer (….) un condensé des dernières nouveautés (…) en matière d’approche architecturale, de techniques de construction, de matériaux ou de technologies de pointe adaptées à l’habitat ». Cette promesse doit maintenant être vérifiée par les futurs résidents et passer au stade industriel, cette innovation devant déboucher sur des logements à l’équation budgétaire maîtrisée et surtout agréables à vivre.

Longue préparation

Le programme Konekti a demandé deux années de préparation, de coordination, et de co-conception avant de passer au stade de la réalisation. « Il fallait éviter l’écueil de la maison catalogue de solutions innovantes mais ne fonctionnant pas de concert, explique Bruno Rollet, l’architecte du projet. Nous sommes partis des différentes manières de vivre chez soi suivant les âges et en fonction des espaces, et nous avons ensuite réfléchi ensemble aux meilleures solutions existantes et à la manière de les intégrer efficacement ». Une affirmation et un souhait qui, à notre avis, ne sont pas totalement aboutis. Pourtant, les deux logements ont « des ressources insoupçonnées en matière de domotique » : des systèmes et des algorithmes mesurent les habitudes des résidents pour créer des scénarios et des alertes selon leur profil, une grande partie des dispositifs étant pilotables à distance par smartphone ou tablette. Les innovations déployées offrent donc de larges possibilités sans pour autant rentrer dans une course à la technologie. « La domotique n’a de sens que si elle est utilisée, sinon elle augmente inutilement le coût de construction, affirme à juste titre Stéphane Demay, chargé du projet chez Plurial Novila qui met en avant la Maison 2+1 pour sénior dont l’infrastructure connectée sera reliée à la Polyclinique Reims-Bezannes pour du suivi médical en maintien à domicile.

La Maison 2 +1 (photo au début de cet article) vise à l’autonomisation d’un couple de seniors alors que la maison 5+1 (ci-dessus) est une résidence familiale. Photos : Franck Kauff.

Showroom et validation

Dès leur livraison, avant d’accueillir leurs premiers occupants, les Maisons Connectées seront visitées par des professionnels et partenaires désireux de mieux connaître les solutions déployées, leur coût, et le retour sur investissement espéré… Cette période a été mise à profit pour affiner certains réglages pour tenir compte d’une l’exploitation en grandeur réelle, acteurs industriels et fournisseur d’énergie scrutant les pre­mières consommations pour passer de l’état de laboratoire à celui d’habitats adaptés aux usages d’une famille avec enfants (5+1) et d’un couple de séniors (2+1).

Rédaction : Philippe Pélaprat

Partagez sur les réseaux sociaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *