Comap connecte le chauffage dans l’habitat social

Basée sur un thermostat ou des têtes thermostatiques, Comap Smart Home est une offre connectée à destination des bailleurs sociaux, qui souhaitent superviser leur parc locatif.

Spécialiste des équipements thermiques et sanitaires pour le bâtiment, Comap a dévoilé sa nouvelle offre intitulée sobrement «Comap Smart Home », à destination des bailleurs sociaux. Composée d’un thermostat et de têtes thermostatiques, Comap Smart Home répond à plusieurs préoccupations : confort et économie d’énergie pour le locataire, supervision du parc de logements et maintenance proactive pour le bailleur. Pour Comap, il s’agit de la première solution de régulation thermique reposant sur l’Internet des objets. Cette offre sera déclinée pour la distribution professionnelle puis le grand public au cours de l’année.

Le thermostat est conçu pour les logements équipés d’une chaudière, tandis que les têtes thermostatiques, à poser sur les radiateurs, sont adaptées aux situations de chauffage collectif. Ces deux équipements peuvent-ils fonctionner ensemble, de manière à ce que le locataire puisse individualiser le chauffage pièce par pièce ? «Pour le moment, c’est l’un ou l’autre, commente Claire Mary, chef de marché contrôle et régulation au sein de Comap France. La communication entre le thermostat et les têtes est cependant prévue d’ici à la fin de l’année.»

Si Comap refuse de préciser son partenaire technologique, son thermostat ressemble à s’y méprendre à celui de Qivivo. Tous les indices concordent en tout cas, que ce soit l’aspect, les capteurs intégrés (humidité, présence) et les fonctions, dont l’apprentissage des habitudes des occupants, l’analyse des données météo et la prise en compte de l’inertie thermique du bâtiment et du système de chauffage. «Ce thermostat pilote le chauffage via un relais, raccordé aux contacts secs de la chaudière, explique Claire Mary. Une version compatible avec le chauffage électrique arrivera l’an prochain. La communication radio emploie le protocole 6LoWPAN à 868 MHz. Les données sont transmises au cloud grâce à un routeur installé dans les parties communes, qui fédère une trentaine de logements.»

Pérenniser le patrimoine

De fait, aucune connexion Internet n’est nécessaire dans les logements dans cette configuration, ce qui est un bon point pour les seniors notamment. La version pour le grand public, elle, aura besoin d’une passerelle, à brancher sur la box Internet. Quant aux têtes thermostatiques, elles disposent aussi de capteurs d’humidité, de présence de température et opèrent selon le même principe. Elles ne font pas de comptage de calories et ne servent qu’à la régulation.

Les données collectées, qui sont anonymisées, sont consolidées dans un tableau de bord. «Le bailleur peut opter pour une vue par logement ou par bâtiment, définir des alertes de température ou d’humidité pour que les anomalies, comme les pannes de chaudière, soient détectées, surveiller le niveau des piles des thermostats et des têtes thermostatiques… » détaille Claire Mary. Ces logiciels de supervision globale sont une tendance forte dans l’habitat social collectif : ils sont un moyen pour le bailleur d’anticiper et de planifier les interventions, d’analyser la performance énergétique de son parc, d’identifier les locataires en situation de précarité énergétique… l’objectif  étant de pérenniser et de valoriser le patrimoine. Comap met en place un accompagnement, incluant la réunion d’information, l’installation du système, la formation pour les occupants, le bilan trimestriel des économies réalisées et l’assistance technique dédiée. www.comap.fr

Rédaction : Frédéric Monflier

Partagez sur les réseaux sociaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *