Legrand prône l’ouverture avec Works with Legrand

Legrand a profité du CES pour dévoiler de nouvelles avancées dans l’Internet des objets, via la mise en place d’un programme d’interopérabilité et d’un cloud dédié.

Le groupe Legrand a marqué sa quatrième participation au CES de Las Vegas avec deux annonces : le programme Works with Legrand et le cloud Legrand. «Works with Legrand est le moyen pour des start ups, des industriels et des fournisseurs de services de connecter leur offre aux produits Legrand, explique Jérôme Boissou, responsable du programme Eliot, qui vise à développer les opportunités et les synergies à la croisée de l’Internet des objets. Ces partenaires ont à disposition un portail dédié qui donne accès aux ressources nécessaires pour réaliser ces interconnexions : documentation, APIs (Application Programming Interface), etc.» Works with Legrand, qui s’inspire d’autres programmes du genre (Works with Nest, Netatmo Connect…), vise à favoriser l’interopérabilité entre solutions tierces et à créer de la valeur ajoutée. L’interopérabilité avec les solutions Somfy, les voitures Renault et les enceintes à commande vocale (Amazon Echo) s’inscrivent dans cette démarche.

Un cloud basé sur Azure de Microsoft

Cette interopérabilité via API sera désormais opérée à partir du cloud Legrand (basé sur Microsoft Azure), qui aura aussi pour rôle d’héberger et de sécuriser les données produites par les objets connectés et les identités des utilisateurs. «Cette couche cloud devenait nécessaire pour développer des interactions en dehors du bâtiment, précise Jérôme Boissou. La Poste est aujourd’hui le premier acteur connecté à notre cloud.» Il s’agit en l’occurrence du hub numérique Docapost, qui a été récemment mis en œuvre dans la résidence Cérès, à Blagnac, équipée du système domotique sans fil Céliane with Netatmo de Legrand. Le cloud et ses facilités obscurcissent probablement l’avenir du métalangage d’interopérabilité Confluens, dont Legrand est l’un des fondateurs.

Au CES, l’accent est également mis sur l’intelligence artificielle. Legrand collabore aux Etats-Unis avec Ivani, qui a mis au point un procédé de détection de présence et plus seulement de mouvement. Un interrupteur doté de cette technologie pourrait analyser le comportement des résidents et anticiper leurs besoins. Deux des piliers du programme Eliot, l’interopérabilité et l’infrastructure (le troisième étant représenté par les produits) ont donc été consolidés par Legrand en ce début d’année. Lancé en 2015, le programme Eliot a enregistré 40 % de croissance et engrangé 440 millions d’euros en 2016. www.legrand.com

Rédaction : Frédéric Monflier

Partagez sur les réseaux sociaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *