Technologie – Le bureau de demain à la Une de SMART INTEGRATIONS MAG

Qu’ils viennent du monde de l’IT, de la communication multimédia ou du Smart Building, industriels comme start-ups travaillent à définir les services et les équipements qui feront nos prochains lieux de travail, en entreprise comme dans les espaces partagés. Revue des points clés sur lesquels il faut se focaliser.

La SBA (Smart Building Alliance) milite pour l’installation d’une épine dorsale IP neutre, qui relaierait les données de capteurs et d’actionneurs (devenant ainsi interopérables) vers le cloud, ce dernier hébergeant des services transverses proposés par des tiers. Cisco respecte peu ou prou ce modèle, du moins dans la partie matérielle intermédiaire et si l’on observe la solution « Digital Ceiling » annoncée l’an dernier. Le nouveau commutateur de la gamme CDB (Cisco Digital Building) en est l’une des premières applications concrètes. « C’est un commutateur PoE (Power over Ethernet) compatible avec le protocole CoAP (Constrained Application Protocol) sur lequel nous avons travaillé avec Philips, précise Jean-Louis Tillet, responsable de l’activité Réseaux/Mobilité chez Cisco France.

En pratique, il est capable d’alimenter directement des luminaires LED, avec une puissance de 60 watts sur chacun de ses huit ports, et peut être piloté sur scénarios et évènements. » Traduction : moduler l’intensité de l’éclairage, dans le but d’économiser l’énergie et d’améliorer le confort visuel, en fonction des informations recueillies par des capteurs tiers. Un même et unique réseau polyvalent est bien sûr une source d’économie pour le locataire ou le propriétaire.

les fournisseurs de mobilier de bureau réfléchissent eux aussi à l’évolution du poste de travail. Voici un prototype connecté du Divisio de Steelcase, qui délivre des informations pratiques au collaborateur. Photo Steelcase

On observe que Cisco, avec ce commutateur au croisement de l’IP et de l’électricité, cherche à se rapprocher des électriciens et des spécialistes du courant faible. « Ce commutateur peut être installé dans un rack électrique, poursuit Jean-Louis Tillet, et un système de contrôle via Bluetooth est à disposition de l’installateur, avant même que l’administrateur IT ne valide le réseau. »

Optimiser le réseau

Les réseaux sans fil se généralisent quant à eux, du fait de la prolifération des smartphones, des tablettes sans parler de la disparition du port RJ45 sur les ultra-portables. Dans les espaces de coworking en particulier, le Wi-Fi est privilégié. « Le dernier mètre en RJ45 n’est posé qu’à la demande, ce qui évite le précâblage massif qui bride la modularité de l’espace de travail, explique Sébastien Morizot, vice-président Digital de Nextdoor, l’activité coworking de Bouygues Immobilier. Quoi qu’il en soit, la qualité du réseau, avec ou sans fil, est un point crucial. « Nos clients se préoccupent du débit, de la fiabilité, de la confidentialité des données, enchaîne Sébastien Morizot…

La suite de cet article, qui fait partie de notre dossier « Espaces de Coworking » est réservée aux abonnés. Profitez-en, abonnez-vous! A lire dans le n°23  de SMART INTEGRATIONS MAG à paraître le 8 mars 2017 à l’occasion du salon IT Partners.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *