Big voire Smart Data, IA, smartphone… Sur le salon, les technologies numériques ont fait autant parler d’elles que la bonne vieille caméra de vidéosurveillance.

Voué au marché de la sécurité et de la sûreté, le salon Expoprotection, dont la 27e édition s’est déroulée du 6 au 8 novembre derniers, forme un événement bisannuel central en France. Et même au-delà : parmi les 785 exposants inscrits – un record – dont 310 nouveaux participants, près de la moitié exercent en effet leur activité à l’échelle internationale. Pour la deuxième fois consécutive, les start-ups étaient également valorisées et regroupées au sein d’un village pour présenter leurs innovations, parfois surprenantes : lunettes anti-endormissement, tentes dévolues aux micro-siestes sur le lieu de travail, nuages anti-bruit en plastique recyclé… Non loin de là, des fournisseurs de renom dévoilaient leurs caméras et contrôleurs d’accès dernier cri, solutions probablement plus usuelles pour les quelque 20000 visiteurs qui se sont rendus sur place.

La filière brasse aujourd’hui une grande variété de produits et de services, mais quelques fils rouges se sont dessinés. Comme on le pressentait, l’intelligence artificielle a animé les discussions, sur les stands et dans certaines conférences. Bien qu’elle soit à l’oeuvre depuis de nombreuses années, le développement récent du deep learning laisse entrevoir d’importants gains d’efficacité et aussi de nouveaux cas d’usages, basés sur la classification plus détaillée des objets. Le concept de Smart Data fait également son apparition chez les éditeurs de VMS, cherchant à valoriser les données collectées pour établir des liens avec le Smart Building notamment. Plus généralement, on a pu observer comment la filière s’imprègne de tous les outils du numérique, smartphone en tête. En résulte une nouvelle problématique, la cybersécurité, que beaucoup d’installateurs méconnaissent encore. Les fabricants et éditeurs ont néanmoins commencé à sensibiliser plus sérieusement leurs partenaires. Un bon système de sécurité se doit lui-même d’être sécurisé.

Rédaction : Frédéric Monflier

La suite de cet article est réservée aux abonnés. Profitez-en, abonnez-vous! A lire dans le n°32  de SMART INTEGRATIONS MAG à paraître mi-janvier 2019.

Partagez sur les réseaux sociaux